Par Vanessa

1/ Salutations, nous allons commencer par la traditionnelle présentation du groupe : comment-vous êtes-vous rencontrés, le choix du nom du groupe et de votre nom de scène…

Salutations. Nous sommes un groupe de chanson française métallisée, à obédience punk et guinguette. Notre nom n'a pas une histoire très intéressante – nous étions jeunes, beaux et fous, et j'ai eu l'idée d'un nom un peu crado, avec la touche frenchie en plus.

A la base, Bad Tripes était un projet de deux amies de lycée (l'ancienne bassiste Taenia et moi). Je faisais de la gratte et chantais, épouvantablement mal d'ailleurs. Elle était influencée par Manson, Rammstein et Undercover Slut, moi j'étais fan hardcore des Tétines Noires, groupe de batcave français dadaïste des années 90.

Après diverses expérimentations foireuses, Seth (notre guitariste et compositeur depuis 2007) nous a rejoint et a mis son savoir-faire dans notre bordel. Après quelques mois de travail, notre tambouille a commencé à être moins dégueulasse et à ressembler à quelque chose. Seth n'a jamais quitté le groupe et occupe aujourd'hui le quadruple poste de guitariste, compositeur, réalisateur (pour les clips, nous y reviendrons) et de quota chauve. Pour ma part, j'ai jeté ma guitare aux oubliettes et me consacre aux textes et à la gueulante.

 

 

2/ Votre univers est assez trash, qu’est-ce qui vous inspire le plus ?

L'existence, tout simplement. Sans être une personne sinistre au quotidien, j'ai pour ma part du mal à ne pas être accablée par toute la vague de merde qu'on se prend quotidiennement dans la tête. Génocides, meurtres, attentats, viols, sans parler, plus égoïstement, des bassesses vécues au quotidien, de la laideur environnante... Nous ne sommes pas si trash, en comparaison de qu'on peut lire sur n'importe quel site web d'actualité. Le monde m'oppresse et me déprime. Alors, plutôt que de broyer du noir dans mon coin, j'essaie d'en faire un truc marrant, du moins un peu plus rigolo. C'est un moyen comme un autre d'évacuer tout le flot de mauvaises nouvelles, de douleurs

 

3/ Votre troisième album, "Les contes de la Tripe", est sorti le 31 octobre, pourquoi cette date ? Comment s’est déroulée sa composition ?

Quitte à faire un truc gentiment gore et horrifique, autant la jouer cliché jusqu'au bout et lâcher le fauve à Halloween ! C'est aussi bête que ça. Quant à la composition, depuis quelques années, c'est Seth (le guitariste) qui s'occupe de tout. A l'exception de "L'Ogre de barbarie" qui, à l'origine, est une idée de Kami, notre nouvelle bassiste. C'est sans doute pour ça que ce morceau (à mon sens), a une saveur assez différente des autres de l'album.

Généralement, Seth compose et moi j'écris un truc en fonction des images que la musique m'évoque. Quand on écoute un groupe qu'on aime bien, on aime bien se faire un film ou un clip dans la tête. Et c'est ce qui se passe quand j'écoute ses pistes. L'idée des textes vient, d'une part, de la musique, et d'autre part, de mon humeur du moment et de mes lectures.

 

4/ On y retrouve entre autre les versions revisitées d’Hansel et Gretel, un titre sur le Dahlia Noir, sur Eva Ionesco, sur Freddy, sur les freaks ("Dame Éléphant"). Qu’est-ce qui vous fait dire : "tiens, on va choisir ça comme thème" ?

Comme je disais, ce sont les morceaux de Seth, ce que m'évoquent les sons, le choix des instrus, qui me donnent l'idée du thème. "Dame éléphant", par son côté clownesque, m'a immédiatement transportée dans un vieux Freak Show délabré. C'est un sujet qui m'intéresse de longue date, depuis ma découverte de "Freaks : la monstrueuse parade" quand j'avais 14 ans, suivie peu après du libre "Les Monstres" de Martin Monestier. Plus récemment, c'était "Vénus Noire" d'Abdellatif Kechiche qui m'a inspirée, une histoire vraie et effroyable, l'équivalent sexuel et raciste d'Elephant Man pour résumer... Pas mal de mes obsessions textuelles sont liées à mes lectures et mes goûts cinématographiques : "Lolita" de Nabokov, le "Dahlia Noir" de James Ellroy, le glamour sordide de James Carol Oates, l'érotisme onirique d'Angela Carter, le cinéma d'Argento, et la crudité extrême de Jean-Louis Costes... Quant à Freddy Krueger, il peut m'appeler quand il veut.

 

5/ Niveau vocal, à qui t’a-t-on le plus souvent comparée ? La pire comparaison ? La plus flatteuse ?
Je n'ai pas de pire comparaison en tête : les critiques négatives se contentent de dire que j'ai une voix insupportable (sourire). Sinon, pour les trucs gentils, on me compare très souvent à Catherine Ringer, mais c'est plus pour le délire global, la gestuelle, le côté franchouillard sautillant et décalé.

 

6/ Vous sortez assez souvent des clips qui ont une esthétique très intéressante. Comment se passent les tournages ?

Seth (notre guitariste et compositeur) s'est depuis peu mis à la réalisation et au montage, deux choses qui l'intéressent de longue date mais qu'il n'avait jamais osé expérimenter jusqu'alors. On a essuyé pas mal de déconvenues et de bévues au cours de ces dernières années et, comme il en a eu marre d'attendre après les gens (et que nous sommes de gros clodos avinés et sans le sou), il a décidé de se lancer. On tourne donc avec lui et la petite équipe qu'il s'est composée (des amis proches), dans un esprit DIY, mais plutôt rigoureux.

Pour "la Bouchère", nous sommes toutefois passés par une vraie équipe de tournage : Bat' Art Production, à Montpellier. Pour le coup, c'était un bouche-à-oreille heureux : Willy Boutet (réalisateur de "La Bouchère de Hanovre") est le cousin d'un ami photographe. L'entente a été immédiate, mais nous étions un peu sceptique en raison de son jeune âge. Ben le gamin, il nous a mis la grosse fessée ! Travailler dans un vrai studio, avec un décor construit spécialement pour nous, une équipe de jeunes gens brillants et débordants d'énergie, a été la plus belle expérience de notre vie artistique. Nous espérons pouvoir retravailler avec eux sous peu.

 

7/ Maintenant que le nouveau bébé est sorti, quelle est votre actualité ?

Faire de la thune. Plein. (sourire) Plus sérieusement : nous comptons lancer prochainement un clip participatif, avec le concours de quelques fans fidèles. Je n'en dis pas plus pour le moment, je compte annoncer ça en grands pompes. Sinon, nous comptons continuer les clips et démarcher quelques festivals.

 

8/ Vous avez déjà des projets ou vous vous laissez un peu de temps ?

On essaie de travailler sans stress, mais Seth est extrêmement productif et a déjà plein de nouveaux morceaux en stock. De même, j'ai plein d'idées de textes en tête. Et vue que le monsieur commence à toucher sa bille en mixage... pas impossible qu'on ponde un quatrième album dans quelques mois, ou du moins quelques petits morceaux à se mettre sous la dent et dans les esgourdes.

 

9/ Je vous remercie d’avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions. Le mot de la fin est pour vous…

Faisons l'amour.

… Quoi ? C'est quand même plus original et chaleureux que "merci", non ?

https://www.facebook.com/BadTripesOfficiel/

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now