Bad Tripes, Les contes de la tripe, chronique, La Légion Underground webzine

Vanessa

23/11/2017

Tracklist :

1. Moteur, action !

2. Fuck me Freddy

3. Hansel

4. Elizabeth

5. Baby porn

6. L'ogre de barbarie

7. Car nous sommes nombreux

8. La bouchère de Hanovre

9. Dame Eléphant

10. Gretel

11. Les rendez-vous de la bête

12. Sombre Pigalle

Oyé oyé braves gens (et les autres aussi), venez vous laisser narrer "Les contes de la Tripe" (voilà une belle première référence), troisième opus des marseillais Bad Tripes, auto-produit, sorti le 31 octobre (beau choix oblige). Freaks, serial killers, contes de notre enfance entre autres y passent sous la hargne vocale de Hikiko Mori et son sourire psychotique... Il faut se pas se fier aux premières apparences, comme nous l'apprendront aussi certaines de leurs compos 99% chantées en français... 

Après "Moteur, action !" qui est une introduction instrumentale, nous voilà plongeant dans le vif avec le roi des cauchemars avec "Fuck me Freddy" qui revisite de façon un peu plus salace l'histoire de cet homme qui vient hanter nos nuits ("1,2 Freddy me foutra au pieu / 3,4 Ses griffes sur ma peau d'albâtre...). Une belle entrée en matière !

 

Les 3ème et 10ème titres forment un tout, revisitant cette fois le conte "Hansel et Gretel". Hansel (titre 3) se place du point de vue narratif de Gretel et inversement (titre 10)... La sorcière a pris cher et leur père est le prochain sur la liste... Mais une happy end les attend ;) On y  entend quelques paroles en allemand. 

Place à l'histoire du Dahlia Noir, suivi par l'histoire d'Eva Ionesco et son enfance mise en image par elle-même dans "My little princess"... Deux vies assez glauques qui se suivent comme une mise en parallèle, deux vies de femmes brisées au nom de l'art...

"Car nous sommes  nombreux" s'ouvre sur des hurlements déchirés et de termine avec les rires démoniaques des légions infernales, en y notant les clins d'oeil à "L'Exorciste" (... sur le sol tout maculé d'urine / le corps de cet enfant).

"La Bouchère de Hanovre" (le clip est à voir si ce n'est déjà fait) est une référence à Fritz Haarmann (qui avait aussi comme autre surnom Le Vampire de Hanovre) et ses meurtres de fugueurs, banlieusards et occasionnellement prostituées... On reste dans la gaieté pure ;) mais on y voit aussi les références à ces affaires de viande humaine vendue à différentes époques en temps de crise ou par des esprits tordus.

Les autres titres nous parlent de femmes qui ont décidé un jour de faire payer aux hommes leur perversité ("L'ogre de barbarie", "Sombre Pigalle"), la tête haute des freaks face aux moqueries malgré la fascination et le voyeurisme que cela engendrait ("Dame Éléphant") et le monde parfois glauque de la nuit ('Les rendez-vous de la bête").

Les sonorités oscillent entre les riffs et une batterie plus metal et l'eletro-rock. Le groupe dégage une énergie incroyable sous ses inspirations morbides, d'ailleurs souvent la musique offre un gros contraste avec les paroles, de la vivacité pour mettre de la lumière dans cet univers crade... Un album jouissif pour bien terminer les sorties de cette année ! Aussi abouti musicalement (enregistrement, mix et mastering de Fab Blazing) que visuellement avec l'artwork horreur old school pour les hommes et japonais décalé pour les dames (signé Thierry Caucino et Romain Barrielle pour les photos).

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now