Vanessa

24/10/2018

Tracklist :

1. Paix ici bas tovaritch

2. Cyclone

3. Eclipse

4. Le dernier voyage

5. The Flying Dutchman

6. Casnewydd-Bach

7. Headbangers of the world

8. Introspection

9. Les masques tombent

10. Les sirènes

11. Pas de place aux remords

12. Royal fortune

Black Bart est un groupe de heavy metal Lillois qui a sorti son 3ème album en juillet 2018, réglé comme du papier à musique à raison d’une sortie tous les 4 ans, le temps de bien peaufiner tout ça.

Pour l’histoire, Batholomew Roberts est un très célèbre pirate britannique appelé "Le baronnet noir", né en 1682 à Casnewydd-Bach et mort en 1722 au Gabon. La thématique est donc donnée les concernant, avec un bel artwork signé Stan-W Decker.

Eh oui ici nous avons un groupe qui allie pirates et heavy au lieu du traditionnel pagan/folk pour accompagner les textes, et quel son ! On surfe carrément sur des arrangements à la Metallica, Judas Priest, Black Sabbath entre autres.

 

Et on commence avec un titre qui nous ouvre grand les écoutilles, "Paix ici bas Tovaritch", nous rappelant un "Master of Puppets" revisité sur quelques sonorités. Son chant français speed ne permet pas de tout saisir mais c’est pas grave, on est lancé dans un pogo du tonnerre (de Brest), s’arrêtant pour écouter les solos qui ont parcouru les mers jusqu’à nous.

 

Vient ensuite "Cyclone", toujours en français mais cette fois la voix éraillée de Babass est plus compréhensible et on apprécie la teneur des paroles, on se croirait vraiment dans la même galère, à subir les conditions climatiques. S’en suivra "Eclipse" qui se fait plus lourd et assez mélodique, hommage au côté mélomane du pirate.

 

Puis vient un titre sur la ville natale du pirate, qui sonne à nos oreilles comme du Iron Maiden sans en être vraiment une copie, avec ses sons propres comme à chaque influence que l’on peut déceler chez eux, instrumental de 3 :46, aux rythmiques variées. Ils sont vraiment bons ces moussaillons !

 

"Headbangers of the world" sonne comme un hymne à partager, chanté en français et anglais, morceau fédérateur même s’il tranche dans cet univers pirate, mais quoi que pourquoi ne pas faire un parallèle avec le Code des Pirates ?

 

L’album se termine sur un "Royal fortune", instrumental endiablé, mais attention, laissez le titre car il y a une coupure qui laisse place à une suite et fin à 6 :15.

 

Eh bien chapeau bas à ce quatuor talentueux qui ne sombre pas dans les clichés et les facilités, il y a du travail derrière chaque compo, beaucoup de technicité. Black Bart est à découvrir d’urgence et à suivre de près !

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now