Enoid, Exilé aux confins des tourments, chronique, La Légion Underground webzine

Vanessa

16/12/2016

Tracklist :

1. Je t'arracherai les cieux

2. Ces cicatrices dans mon âme

3. Mangez ma chair, prenez ma douleur

4. La croix de mon existence

5. Nouveau cycle destructeur

6. Sourire éternel sur mes lèvres

7. La lumière disparaît

8. Ode à la haine

Le one-man band Suisse Enoid a sorti en mai 2016 son sixième album, "Exilé aux confins des tourments" chez Sathanas Records / Black Plague Records.

L'artwork, reconnaissable par son style, est signé Maxime Taccardi.

Le début du premier morceau, "Je t'arracherai les cieux" fait un peu penser à Marduk. Les variations sont parfaitement enchaînées. La batterie ne nous offre pas que du blast mais aussi des alternances plus rythmiques.

Le chant caverneux en français a su rester audible, ce qui n'est pas toujours le cas il faut l'avouer pour les groupes de Black metal. La musique est bien équilibrée afin que tout ait sa place et soit homogène.

"Mangez ma chair, prenez ma douleur" crée un interlude de haine mélancolique, on ferme les yeux pour apprécier ce morceau dans son intégralité.

"La lumière disparaît" est assez morbide, mais il a su contrebalancer par la musique assez puissante.

L'album se termine sur "Ode à la haine", le seul qui ne soit pas écrit  par Bornyhake mais par  Caroline Bonfiglia. Il est très intense et torturé, on reste envoûté tout au long du morceau.

Cette album fait partie pour moi des pépites de l'année, une production de qualité, un concentré de noirceur que l'on savoure du début à la fin. Plongez dans les tréfonds tourmentés dont vous ne remonterez pas totalement indemne.

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now