1/ Bonjour, nous allons commencer par une présentation...
Bonjour, avant d’entamer les hostilités, un grand merci pour cet interview et la chronique !
Nous sommes Feller Buncher, un groupe Parisien formé en 2015. Composé de Raphaël à la batterie, Guillaume à la guitare, et Antoine à la basse et cordes vocales.


2/ Pourquoi avoir choisi "Feller Buncher" ?
L’idée vient d’Antoine, le bassiste du groupe. Le but était d'avoir un nom original (qu'aucun autre groupe porte) et qui en "impose". Lorsqu’il nous a proposé le nom, ça nous a tout de suite parlé. Le Feller Buncher est une machine tout terrain avec un bras mécanique capable d’arracher un arbre et de le tronçonner sans la moindre difficulté. On fonctionne comme ça, on se prend pas la tête. Nous ce qu’on aime c’est l’énergie saine et sauvage qu’on peut créer grâce à la musique.

3/ Vous vous décrivez comme du rock bois metal, que signifie pour vous cette définition ?
Bon, le Rock et le Metal nous pensons que dès les premières notes de guitares, de basses, et les premiers impacts de batterie, on comprend pourquoi. Par contre, comment arrive t’on à se dire "j’écoute du bois" ? Le bois représente la pureté, un élément provenant de la terre sans altération, en gros, c’est simple et efficace. Mais, il en existe de nombreuses essences, ce qui en fait un objet extrêmement varié et intéressant et paradoxalement, montre la complexité qui existe dans la musique. Raph a même un caoutchouc chez lui qu’il a appelé chouchou !

4/ Quelles sont vos principales influences ?
Raphaël : Mes 3 groupes préférés sont Meshuggah, the Whites Stripes et Queens of the Stone Age. J’ai beaucoup été influencé par le groove Metal dans mon jeux de batterie (Lamb of God, Devildriver, Machine Head, Sepultura…) et par le nu Metal (Slipknot, SOAD, Limp Bizkit, Korn…). Mais plus généralement, ce que j’aime dans la musique, c’est l’énergie viscérale que l’ont peut développer, du coup, l’électro, le rap et de nombreux style y parviennent sans forcément passer par le Metal. Cependant, le metal a cette agressivité que j’adore ressentir derrière les fûts !
Guillaume : Pour ma part ce sera Knut, Kyuss, Faith No More, Type O Negative, Weekend Nachos, Rollins Band…
Antoine : Je suis le plus stoner/sludge/doom de la bande. Mais tout ce qui bouge d'une manière ou d'une autre est une influence !


5/ Votre premier Ep auto-produits, "203040", est sorti en 2016. Pourriez-vous nous en parler et expliquer le titre ?
Avant tout, il y a les nombreuses heures de répétitions et de compositions pour trouver l’émotion que l’on veut insuffler dans notre musique. Puis il faut réfléchir à la méthode d’enregistrement, ce qui est important en studio c’est de capter l’émotion de la musique. On s’est rapidement mis d’accord pour dire que l’énergie devait primer, ainsi que le côté live de notre formation. Du coup, après avoir beaucoup bossé avec exigence, assiduité et sérieux, nous avons enregistré guitare, basse et batterie à 3 dans la même pièce, en direct sans métronome. Puis la voix a été enregistrée sur ce berceau sonore. Nous remercions Andrew Guillotin qui a travaillé avec nous durant ces 3 jours d’enregistrement, puis pendant les journées de mix qui ont suivies. Il a vraiment su capter le "moment présent".
"203040" est en rapport avec nos âges. Malgré nos écarts d’âges, nous nous entendons aussi bien amicalement qui musicalement. "203040" représente la symbiose inter-générationelle qui vie à travers cet EP.


6/ Quels sont les thèmes que vous abordez et pourquoi ?
Chaque titre a son inspiration propre. Sur l’EP Antoine s’est chargé d’écrire les paroles, en partant de ce que lui évoquait la musique. Tout part du son et de ce que cela lui évoque: un autre groupe / une situation / une représentation. De manière générale comment fonctionne l’Humain, sa dualité et ses réactions, habitent toujours les écrits.

7/ Comment se déroule le processus de composition ?
Un des membres du groupe :
- J’ai des idées !
Les autres :
- On aime pas
- On aime pas
- Ah, là on aime !!!
Voilà, en gros, on a tous des idées, et dès qu’on en trouve une qui nous branche, on tient notre point de départ. L'égo est le pire ennemi du musicien, et on essaye de ne pas attacher trop d’importance à ses idées, histoire qu’on puisse en discuter avec franchise et arriver rapidement à savoir ce qu’on veut ou pas.
Une fois que le point de départ est bien ancré, on réfléchit tous ensemble à son développement, le sens qu’on veut lui donner et le message que l’on veut faire passer. On avance sur l’instrumental du morceau, pendant qu’Antoine compose sa ligne de chant, qu’il inclut petit à petit dans l’avancement du morceau. Il y a quelque chose d’assez récurrent qui arrive lors de ces processus. Pendant plusieurs semaines on est complètement emballés. Puis dès que la structure du morceau arrive à sa finalité, on a beaucoup de mal à le sentir. Sur plusieurs mois on retravaille des détails, des petites feintes, et naturellement, on se remet à beaucoup l’aimer, et en général, c’est là que le morceau est vraiment fini.


8/ Quelle est votre actualité et quels sont vos projets ?
Nous avons beaucoup travaillé sur un set live, et nous voulons faire vivre le projet et faire ressentir aux gens l’énergie que nous avons à distribuer. Nous sommes en train de vivre notre 1ère tournée française en avril, et on ne va pas s’arrêter là. Les compositions arrivent gentiment, donc pourquoi pas enregistrer un 2ème EP, ou même se lancer dans la réalisation d’un album !? On joue aussi aux Barmitsva, maisons closes, baptêmes, et circoncision du petit dernier, on est ouvert à toutes propositions !

9/ Nous vous remercions pour le temps que vous nous avez accordé et vous laissons conclure...

ROCK, BOIS, METAL !!

Facebook : https://www.facebook.com/fellerbuncherband/

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now