Vanessa

30/12/2018

Tracklist :

1. The womb

2. The great destroyer

3. The empty gem

Finis Omnivm, quatuor formé à Tokyo et basé à Londres et Paris, a sorti en septembre son EP autoproduit 3 titres, "Cercle", incluant des samples de philosophes et maîtres bouddhistes, et dont le fil conducteur est l’irresponsabilité de l’homme face aux autres personnes et contre sa planète.

 

"The womb" ouvre cet EP par les premières lignes de l’"Epopée de Gilgamesh", récit épique de Mésopotamie traitant de la condition humaine et ses limites, la vie, la mort, l’amitié, récit d’apprentissage sur l’éveil de son héros à la sagesse, extrait de "Nature of consciousness" par Alan Watts, juste accompagné de quelques notes de guitares, acoustique et électrique, mêlées et complémentaires. Puis arrive le chant de J.B., torturé et lent, déchirant les rythmiques post-black, alternant avec des blasts et des riffs s’accélérant. Le chant alterne pour sa part également avec un phrasé plus posé. Le titre est fait de nombreux contrastes qui évitent la monotonie de l’écoute et apportent les nombreuses influences du groupe qui ne veut pas se cantonner à une étiquette trop réductrice de sa musique, complexe et structurée.

 

"The great destroyer" débute de la même manière, guitare acoustique et sample, mais cette fois-ci d’un extrait d’interview de J. Robert Oppenheimer à propos du tout premier essai atomique, Trinity, dans le cadre du projet Manhattan. Puis vient la guitare électrique accompagnée de la batterie à la rythmique martiale. Le titre voit son ambiance monter crescendo, passant d’un post-black à un black plus poussé où les instruments et le chant gagneront en puissance brute. Un titre sans compromis, froid, technique, varié. L’étendue de Finis Omnivm monte encore d’un cran avec ce titre, le plus court d’une durée de 9 min, mais qui ne souffre lui non plus d’aucune longueur.

 

On termine par "The empty gem", débutant comme ses prédécesseurs, cette fois en compagnie du maître bouddhiste tibétain Chögyam Trungpa Rinpoché sur le matérialisme spirituel. Sur le chant perçant de J.B. se greffe une cavalcade rythmique multipliant encore une fois les influences du groupe. Une alternance de rythmiques telles des vagues de riffs et de blasts venant s’échouer sur nos tympans, se terminant en apothéose.

 

En 36 min Finis Omnivm nous fait partager sans concession son univers, riche, torturé, parfois épuré, souvent très technique, aux multiples approches, et surtout sans une once de monotonie, on reste captivé par cet EP qui signe une très belle prestation.

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now