Freitot, album, 2018, chronique, La Légion Underground webzine

Vanessa

31/07/2018

Tracklikst :

1. The human drawer

2. Mission

3. ... And your enemy closer

4. Father

5. Love is all around

6. Lost in meaning

7. The last room on the left

8. Yoko

Freitot est un groupe de death français composé d’Etienne Sarthou (AqME), Arno Strobl (Carnival in Coal) et Fabien Desgardins (Benighted). Leur premier album éponyme est sorti le 11 mai 2018 via Mystyk Prod.

On y retrouve des influences death old school à la Entombed, c’est d’ailleurs ce qui en ressort le plus tant dans les sonorités que dans le chant, c’est lourd, gras, puissant, intense.

 

"The human drawer" ouvre la marche et une poignée de notes dans l’intro (que l’on retrouvera plus loin) me fait penser au riff dans l’intro de "Nemesis" d’Arch Enemy, en version un peu plus grasse. On part de suite dans l’ambiance du skeud, le chant caverneux à souhait, les blasts qui dévissent les cervicales, les riffs bien balancés et ronronnants. Mais ils nous offrent aussi des breaks techniques dans ce monde de brutes.

 

"…And your enemies closer" nous propose un morceau sur cet adage bien connu qu’il nous martèle en refrain accompagné de sonorités lourdes, grésillantes… Avant de nous servir un "Father" toujours aussi pesant mais là pas qu’au niveau des sonorités mais dans l’intégralité du morceau, une espèce de malaise à l’écoute. Un morceau assez simple mais efficace.

 

"Love is all around" et "Lost in meaning" restent dans le schéma préétabli par le groupe avant un "The last room on the left" qui revient sur les sonorités de "Mission", second titre de cet opus avec ses ritournelles accrocheuses.

 

"Yoko" termine en puissance, comme on a commencé, ça blaste à fond la caisse, la guitare nous récure les tympans à coup de notes bien aiguisées, c’est brut, c’est bon !

 

On sent toute leur expérience : le niveau technique, la prod, l’ambiance, tout est fait pour vous rendre accro à leur premier opus. Certes rien de nouveau à l’horizon mais ils ne sont pas là pour faire des expérimentations sonores mais pour nous procurer notre dose de death old school, et ça c’est réussi. Pour mois une des pépites 2018 !

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now