1/ Bonjour, pouvez-vous d'abord nous faire les présentations ?

Bonjour, nous sommes FT-17 un groupe de métal extrême mélodique français. Notre premier album «Marcellin s'en va-t-en guerre» est sorti en février dernier à l'occasion du centenaire de Verdun.

C'est un album concept qui raconte l'histoire d'un jeune instituteur mobilisé au cours de la première guerre mondiale.

2/ FT-17 est comme vous le soulignez un char Renault, "char de la victoire". Pourquoi l'avoir pris comme nom ?

Pour deux raisons principales. La première est qu'il s'agit d'un nom à la fois simple à retenir, original et surtout représentatif de la première guerre mondiale. Cette dernière caractéristique nous semblait essentielle vu le concept du groupe.

La seconde raison est que c'est une référence au destin du personnage de notre histoire. Nous n'en dirons pas plus pour ne pas le dévoiler, mais normalement, après une écoute la référence devrait être claire.

3/ Quels sont les groupes qui vous inspirent ?

Ils sont très nombreux en général. Pour cet album, les plus évidents sont sans doute les groupes phares du death mélodique et du black symphonique des années 90: Death, Dark Tranquillity, Emperor, Ulver, Arcturus, etc. Mais on peut également trouver des traces des légendes du heavy et du thrash: Maiden, Priest, Sabbath, Slayer, etc. Il y a également des ambiances plus proches de Moonspell, voire Soundgarden parfois. Enfin, il y a indirectement de nombreuses influences classiques ou jazz.


4/ Des influences en-dehors de la musique ?

Bien sûr, c'est essentiel pour le côté historique. Il y a de nombreux témoignages de poilus, des ouvrages ou documentaires, voire des films comme "Verdun, vision d'histoire" de Léon Poirier.

5/ Comment vous est venue l'idée de prendre pour concept la vie d'un poilu ?

L'idée est venue en lisant des recueils de lettres de poilus sortis à l'occasion du centenaire.

Raconter la première guerre mondiale en suivant les lettres ou le journal de l'un d'entre eux nous a semblé un point de vue intéressant. On sort en effet de l'effet de masse pour s'enfoncer dans l'horreur de leur quotidien. Cent ans après, on a du mal à l'imaginer.

6/ Où êtes-vous allé chercher tous les éléments nécessaires ?

Principalement en lisant de nombreuses lettres et des journaux de poilus. Marcellin, le héros de notre histoire, est directement inspiré de quatre d'entre eux. Cette lecture était cruciale pour essayer de capter l'état d'esprit, mais aussi les tournures de phrases de l'époque.

Ensuite, il y a eu une documentation abondante. On peut citer par exemple le journal de marche du 57ème RI -le régiment de Marcellin-, qui a permis de bien situer l'action aux lieux et dates adéquats. Beaucoup de documents d'époque en fait, y compris ceux qui n'étaient pas forcément liés à la propagande du GQG comme les mémoires du Général Lanrezac, par exemple.

7/ Vous avez fait appel à Hugo Chereul pour incarner Marcellin. Avez-vous fait un "casting" ou vous le connaissiez déjà et l'avez d'office choisi ?

Nous connaissions déjà Hugo, que nous avons rencontré à l'occasion du tournage du clip «Augustus» d'Ad Extirpenda. Il y incarnait Philippe Auguste.

Hugo possède le timbre de voix idéal pour incarner Marcellin. Par ailleurs, il fait du théâtre d'improvisation, ce qui lui permet de jouer le personnage sur scène lors des concerts. Le choix s'imposait donc de lui-même.

8/ Et pour le choix de Marijke, interprétée par la soprano Soazig Couëdel ?

Nous cherchions une voix pour Marijke qui soit capable de rendre l'émotion du morceau «La dernière tranchée». C'était assez difficile car nous voulions un chant qui ne soit pas trop lyrique et qui fasse un bon contrepoint avec les lignes chantées par Misein. Comme vous pouvez le constater, Soazig a fait de l'excellent boulot.

9/ Vous êtes dans la scène metal un groupe assez atypique par vos orientations. Vous n'aviez pas envie de faire plus "classique" ?

Pas du tout non. D'une part, mettre en musique une histoire comme celle de Marcellin est un moteur important pour nous au moment de l'écriture des morceaux.

D'autre part, il existe déjà de nombreux groupes plus standard et certains font ça très bien. Si c'est pour reproduire les mêmes idées en moins bien, l'intérêt est assez limité.

10/ Qui est en charge de votre artwork ?

L'artwork a été réalisé par Katia Filluzeau: logo du groupe, pochette et livret du CD, etc.

Les photos de groupe ont été prises par Francis Loubry.

Notre batteur Janus a réalisé une vidéo de présentation de l'album.

Le Musée Canadien de la Guerre nous a fourni la photo de la pochette.

Enfin, le clip du titre «Les moissons sanglantes» a été réalisé par Lucien Antigny. Il est disponible sur notre chaîne Youtube.

 

11/ Maintenant que cet album est sorti, quelle est votre actualité et quels sont vos projets ?

Nous allons présenter l'histoire de Marcellin en concert. Le premier a eu lieu le mois dernier à la Scène Michelet à Nantes, le suivant sera à l'occasion du Bloodwave Metal & Fantasy Fest à St Nazaire fin octobre. D'autres suivront ensuite.

12/ Merci de m'avoir accordé cette interview, je vous laisse conclure...

Merci à vous, ainsi qu'à tous ceux qui nous ont soutenu, fans et critiques. Ceux qui nous découvrent à travers cet entretien peuvent visiter notre page Bandcamp pour écouter les morceaux ou notre chaîne Youtube et notre page Facebook pour plus d'infos.

​https://www.facebook.com/FT17metal/

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now