1) Bonjour, pourriez-vous faire une présentation du groupe ?

Bill : l'histoire est longue. L'aventure a démarré il y a 25 ans quand Philty et Steve  se sont rencontrés. Passionnés par notre musique, nos chemins se sont croisés. Depuis, on avance. Le line up est fort, très soudé et cela va au-delà du groupe. On a repris les chemins de la scène pour un one shot en 2010. Cela fait 6 ans qu'on parcourt les routes non stop ! Et on s'amuse peut-être plus que lorsque nous étions de jeunes et frais adolescents.

 

2) Le groupe existe depuis 25 ans, ça en fait du chemin. Quel regard portez-vous sur l'ensemble de votre carrière à ce jour ?

Bill : un regard amusé, car gamins on rêvait de ça, faire des concerts, au delà des 30 km de notre ville, enregistrer des disques.

On vit aujourd'hui pleinement ce rêve et cette chance de pouvoir sortir nos disques régulièrement et de tourner. Cerise sur le gâteau, on a pu jouer avec quasi l'ensemble des héros qui ont bercé notre jeunesse ! Et aujourd'hui, nous avons la chance de régulièrement jouer en Europe. Même dans nos délires les plus avancés, nous étions loin d'imaginer tout ça. Devenir amis avec des musiciens que tu as adoré, échanger avec eux, jouer avec eux... Et le rêve continue au gré des concerts et rencontres. Nous commençons à avoir des fans d'une fidélité et d'une amitié forte !

 

3) Quelles sont les groupes qui vous font totalement vibrés et sont à l'origine de vos influences ?

Bill : pour ma part Iron Maiden, Judas Priest et ADX sont les fers de lance de mes influences. Maintenant, toute la scène des 80s nous a touchés. Les Tysondog, Venom, Tygers Of Pan Tang, Tokyo Blade. Nous avons eu aussi la chance de voir naître la scène thrash avec les Metallica, Kreator, Slayer et autres !!

Steve : D’une manière générale, nous sommes très branchés par tout ce qui est hard rock et heavy metal des années 70 et 80. Avec chacun nos groupes de prédilection et beaucoup de groupes en commun.

 

4) Votre dernière sortie en date est le "Live is all" en 2015, enregistré à l'occasion du Festival SOS de Manchester. Pourquoi ce live en particulier ?

Bill : un heureux hasard. Notre concert a été enregistré, nous avons racheté les bandes pour souvenir, mais ça sonnait très bien ! Donc la question ne s'est pas posée et il devenait évident que nous devions sortir ce live. Qui plus est, nous ne sommes pas peu fiers d'être l'un des premiers, si ce n'est le premier, groupe de metal français à sortir officiellement un live enregistré dans la perfide Albion.

Steve : D’une certaine manière, même si nous avions déjà joué à l’étranger, ce live représente le début d’une reconnaissance en dehors de nos frontières. Nous nous demandions bien à quelle sauce nous allions être mangés, nous pauvres Froggies, en débarquant en Angleterre, berceau du Heavy Metal. L’accueil a été extraordinaire et aujourd’hui nous sommes comme chez nous outre Manche. Incroyable !

 

5) Vous aviez partagé à cette occasion la scène avec de grosses pointures, telles que Napalm Death, Vulcain, Loudblast... Qu'est-ce que cela vous a fait de vous retrouver sur cette affiche ?

Bill : nous avons partagé l'affiche avec beaucoup de groupes et de très bons. Cela fait toujours très bizarre de côtoyer les groupes dont tu achètes les disques et suit l'actualité. Et encore plus quand les liens d'amitié s'y mêlent. Dès qu'on croise les Vulcain et leur staff, les ADX, Tysondog, Venom et autres, je peux t'assurer que c'est la fête !!! On reste toujours des fans avant tout. Mais crois-moi  avoir Mantas et Tony Dolan aux premiers rangs de ton concert ou Dog et Betov d'ADX qui matent backstage, cela reste impressionnant. Et que dire quand nos potes de Tysondog traversent l'Angleterre pour nous voir à Manchester ou que le mentor de Tytan (ex-Angelwitch) vient spécialement te voir à Hatfield !

 

6) Vous faites actuellement une tournée d'un an (septembre 2015-octobre 2016) à l'occasion de votre 25ème anniversaire. Pourriez-vous nous en parler...

Bill : Ç est aussi notre première tournée européenne ! Une longue série de dates ! Même si les dates se concentrent sur les weekends, cela reste éprouvant ! Mais quel plaisir de parcourir les scènes, de partager et recevoir autant. Être tête d'affiche pour clôturer ces dates dans un festival en banlieue londonienne, on n'aurait jamais pu l'imaginer !! Là encore, au delà de la fierté du moment, on retiendra surtout l'émotion de moments inoubliables. Voir le public chypriote s'époumoner sur tes chansons, scander ton nom, entendre le public anglais te soutenir et t'acclamer, whaouu !!! Nous avons eu de super accueils et des retours improbables !!!

 

7) Votre dernier album studio, "Inject the Venom", est sorti en 2014. Il me semble que son petit frère soit en route... Comment cela se passe ?

Bill : tout l'album est composé. Nous commençons à jouer certains titres live pour les roder. C’est une première car d'habitude, nous attendions la sortie du disque avant de choisir les titres à interpréter. L'album s'annonce dans la lignée d'Inject. Peut-être plus varié encore. On a pas mal travaillé sur les variations de rythme, d'intensité. Il y aura plus d'atmosphères différentes aussi. En tout cas, les réactions live nous font plaisir car beaucoup nous réclament déjà l'album. Nous sommes même étonnés de voir le public commencer à chanter les refrains avec nous sur ces morceaux. 

 

8) La composition au sein de Gang est collectif ou chacun apporte sa pièce à l'édifice en travaillant de son côté ?

Bill : les deux en fait. On a une écriture différente. Pour ma part, j'apporte souvent des morceaux finis avec tous les arrangements. Mais chaque membre en s'appropriant le morceau va lui apporter sa petite touche et ses idées. Nous avons un titre par exemple que j'ai composé et qui sonnait très thrash. Très intense. Le groupe l'a ré-interprété et ce titre se fond désormais dans le prochain album !

 

9) Qui signe votre artwork ?

Steve : Il s’agit de Olivier Salin aka « Bones ». Voilà trois pochettes qu’il dessine pour nous et il travaille déjà sur celle du prochain album. Nous voulions revenir à des pochettes traditionnelles comme celles de nos albums préférés des années 80’s. Alors pour le EP « HM-666% » nous nous sommes mis en quête d’un dessinateur et avons accroché sur le travail que Bones avait réalisé sur l’Eddyctionnaire Iron Maiden sorti chez camion Blanc. Nous sommes entrés en contact et le feeling est très bien passé entre nous. Il est très talentueux et se met vraiment au service du groupe pour peaufiner les moindres détails. De cette collaboration est né le Mad Doctor dont les aventures se déclinent désormais sur chaque visuel d’album.

 

10) A part la tournée actuelle et la préparation de l'album, avez-vous des projets en vue ?

Bill : nous ne sommes jamais à court de projets : albums, EP, concerts, organisation de festivals, fanzines. Nous sommes tous impliqués dans un des rouages d'Underground Investigation.

Pour ma part, je dois encore finaliser la réédition des titres de notre premier groupe avec Malo. Je bosse aussi sur l'album de nos frangins de Spirit. J'ai lancé en parallèle une petite structure de recording, mix et mastering. J'ai quelques albums live en cours à travailler donc, Tysondog, Blaze Bayley, Argus et d'autres à venir.

 

11) Je vous remercie pour cette interview et vous souhaite une très bonne continuation. Je vous laisse conclure...

Bill : prenez du plaisir, soyez curieux, et ne vous laisser pas dicter vos choix !

Steve : pensez aussi à lâcher vos écrans, vos tablettes et autres mondes virtuels pour venir vibrer et ressentir en vrai les décibels, la chaleur humaine, la sueur et la bière dans les concerts et festivals, véritables lieux de vie de notre musique préféré !

www.facebook.com/gang51

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now