Vanessa

29/09/2019

Tracklist :

1 Inquisition

2 Nyalarthotep

3 Uppsala

4 Impious

5 Shadow's Horde

6 Calusari

7 Svart II

8 Summa Perfectionis

9 The Trial

Le 6 juin 2019, le groupe de black metal Nantais Gotholocaust, a sorti son 4ème album, "Summa perfectionis" (nom tiré du célèbre livre d’alchimie). Toujours composé des fondateurs Darkhaus (chant) et Seratoth (guitare), le line-up a évolué depuis 2017 avec l’arrivée de Sistre à la batterie, d’OberKommander à la basse et, de fait, la mutation d’Evilarsen qui passe désormais à la guitare.

Cet album a été enregistré et produit par Ah Puch Records, qui était également à l’origine du split de 2015 avec Demonic Mist et de la reissue en 2017 de leur album "Nocturnal wrath" (2010).

 

Ici encore le groupe nous montre que leur BM c’est du brut de décoffrage, pas de place aux poseurs, on est dans la lignée du true black scandinave, sans fioritures, comme on en avait l’habitude d’en écouter dans les années 90. Ça blaste à mort dans les tympans, ajouté à des riffs tranchants et un chant empreint de toute la haine possible pour l’humanité. La basse, bien que plus discrète, sait se montrer présente quand il le faut.

Gotholocaust c’est pas pour les âmes sensibles et les 9 compos sont là pour le prouver, à commencer par "Inquisition" qui ouvre le bal, sans intro, à la technique carrée et impeccable.

On fait ensuite un tour chez Lovecraft avec "Nyarlathotep" (le Chaos Rampant), qui est on peut le dire un auteur qui sera parmi les références les plus répandues dans le metal (cf. le livre "Cthulhu metal" pour en découvrir plus sur ce lien entre les deux cultures). Le titre est assez percutant et bien rythmé, alternant les tempos qui se font plus lents au moment de scander le nom de la créature, telle une incantation.

"Svart II" opère un changement, apportant un aspect plus mélancolique à ce morceau, le rythme se fait lancinant, à commencer par une intro de samples (qui vont aussi venir clore) et de quelques notes de guitare. Il est aussi le plus long de ce nouvel opus et introduit quelques touches de chant clair en seconde partie.

Retour au black pur et dur avec le morceau éponyme qui nous arrive comme une grosse mandale et "The trial" qui vient terminer comme cela a commencé.

 

Gotholocaust nous offre ici presque 1h de noirceur à la prod impeccable. Cet album est très abouti et ravira les amateurs du genre. Le groupe sait captiver l’auditeur du début à la fin avec un fil conducteur titre après titre et en osant nous surprendre comme avec "Svart II".

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.