KOSM, Eyes on the inside chonique, La Légion Underground webzine

Vanessa

24/10/2019

Tracklist :

 1. Yharnam

2. Clocktower

3. A Call Beyond

4. Old Blood

5. Eyes On The Inside

KOSM est un groupe de metal prog qui nous vient de Vancouver et dont le second opus, "Eyes on the inside", est sorti le 28 juin, soit seulement 6 mois après leur premier album "Cosmonaut". On peut dire qu’ils sont très productifs ! Cet EP s’inspire de la progression du joueur dans le jeu vidéo "Bloodborne", d’inspiration fantasy/Lovecraft, dans un décor assez gothique.

 

On commence donc par un titre portant le nom de la ville du jeu, "Yharnam", dont la clinique de Iosefka. Les premières notes mettent en avant la basse avant de faire rugir les cordes et d’introduire le chant de Jessie, tout d’abord guttural avant de continuer en chant clair et d’alterner au fil de la compo. On démarre assez fort avec ce titre qui offre une belle dualité.

 

Dans le second titre, "Clocktower", on ressent bien l’influence de Tool pour la partie instrumentale. Le chant se fera ici majoritairement clair, hormis la fin de presque chaque couplet en guttural et un qui se fera dans les deux tonalités de chant. La chanson est coupée à moitié par une partie instrumentale dont une très bonne envolée de guitare, précédent une reprise en growl, assez brève.

 

Sur "A call beyond", Jessie nous offrira un chant quasiment exclusivement growl. La basse est tout du long mise en avant. Ce titre a une ambiance plus lourde que les précédents, montrant un visage plus sombre à l’image du jeu dont il s’inspire.

 

"Old blood" s’inspire du sang, vecteur de la contamination dans "Bloodborne", qui sert au nourrisson de Grand Ancien (en référence à Lovecraft). Vocalement il reste dans la lignée du précédent titre. Musicalement, on joue sur des tonalités à la fois prog et groovy. Les rythmiques varient au long de ce morceau, qui est de fait le plus complet et abouti de cet EP car le spectre instrumental est vocal est ici le plus large dans l’univers du groupe.

 

On termine avec le titre éponyme qui marque la fin du jeu au sein du Rêve du chasseur. Il pourrait même en être la BO de par son interprétation (on verrait bien un clip du morceau avec des images tirées du jeu). Quasi entièrement en chant clair, les cordes viennent appuyer une bonne partie des couplets, donnant encore une autre dynamique à cette compo, qui se termine à la Arch Enemy, puissant musicalement et vocalement.

 

C’est trop court tellement c’est bon. Le groupe a fait fort avec ces 5 titres aux multiples ambiances et à la prod carrée. Chaque morceau nous entraîne dans son sillage, avec des passages qui nous rentrent rapidement en tête. Une belle pépite 2019 que je vous recommande.

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now