Vanessa

01/10/2017

En ces temps anciens, l'histoire raconte que le fils de Cian et d'Eithne régna sur les dieux pendant plusieurs siècles. Lug Samildanach, le Dieu aux multiples arts, mit à ses pieds les autres divinitées et fût célébré comme le plus grand des Dieux lors des nombreuses Lugnasad, avant l'avènement des nouvelles religions qui balayèrent les anciennes croyances d'un revers de main.
Des siècles plus tard, alors qu'il préparait son retour sur terre afin de punir les impies, Lugh décida de nommer ses disciples afin de faire résonner à nouveau ses paroles. Le Dieu des Dieux est de retour, à travers les arts et la ferronnerie, forgeant un Metal à la fois personnel et déroutant.
Exprimant ses volontés et ses tourments à travers des riffs incisifs et mélodiques, Lugh est de retour dans notre monde.

Fondé en 2010, le groupe lyonnais a sorti le 8 septembre son premier album auto-produit, "Les loges de la folie", faisant suite à leur EP "Absent minded" de 2013. Quand on pense au thème de la folie et de la psy, nous pensons à un autre groupe de Rhônes-Alpes qu'est Benighted. Il faut désormais compter, dans un autre registre musical, sur le groupe Lugh. Le thème est difficile à rendre sans tomber dans le cliché et là c'est réussi car vocalement c'est plus théâtral que "fou", avec un chant clair parfois ajouté de parties plus gutturales, jonglant entre français et anglais.

L'album est composé de cinq parties entrecoupées d'extraits de discussions au sein d'un asile, nous immergeant dans l'ambiance et assurant une sorte de tension. L'intro nous y plonge d'ailleurs très bien, entre bruits de pas, rires, appels d'infirmière, discussions en fond... puis quelques notes de piano viennent accompagner le texte narré par Lambert... Les riffs de "L’Eloge de la folie" arrivent sans temps mort, incisifs, parfaitement rythmés... "Prenez place au théâtre de la folie" nous déclame-t-on... Eh bien en effet, et pas que vocalement, les guitares nous offrent des solos "possédés" tout au long de cet album.

 

"Blackout" nous plonge dans une ambiance plus "rock", puissante avec l'ajout de guests vocaux, qui donne une très belle compo intense, dynamique, transcendante. Le fait que ce soit chanté en français contribue à ce ressenti. Mon titre préféré de cet album.  Quant à "Inner dream", il a su très bien mettre en valeur la basse (Manon), instrument souvent ingratement peu ou pas représenté et audible.

Un très bon premier album d'un groupe au grand potentiel scénique que je vous recommande de découvrir, c'est puissant, c'est pro, la thématique est parfaitement interprétée sans côté caricatural. 13  pistes incluant l'intro et les intermèdes qui vous emmènent dans l'Antre de la Folie  !

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now