Live report par Hostlost

Photos d’Amandine Briche – Culture METAL

(merci à eux)

Depuis le temps que je voulais me rendre au Ferrailleur … Je sillonne la France de long en large dès qu’une affiche me plait mais n’ai jamais eu l’occasion de me rendre dans ce bar-concert situé sur les quais de l’île de Nantes. Qu’à cela ne tienne, je répare enfin mon erreur car il m’est impossible de louper une telle affiche ! Sincèrement, cela m’embête de commencer mon premier live-report pour La Légion Underground Webzine par descendre en flèche ceux qui ont la lourde tâche d’ouvrir le bal alors je me contenterai de dire que Clouds Of Dementia n’avait pas grand-chose à voir avec le reste de l’affiche. Leur Doom / Stoner a bien eu du mal à chauffer la salle qui peine à se remplir.

Red Dawn

C’est une tout autre affaire avec le groupe suivant. Hentgarm ayant déclaré forfait, le NMF a eu le nez creux en prenant comme remplaçant de choix les Rennais de Red Dawn. Au menu à la cantine, un death technique excellemment digeste. Démarrage en trombe avec "Cracked Clock" qui impressionne lorsqu’on découvre comme moi leur musique. Avec eux, on n’est pas submergé par des structures trop alambiquées en se demandant où ils veulent en venir (je ne sais pourquoi je pense au dernier Obscura …). Les morceaux sont truffés de riffs « brise nuque » qui permettent de se rattraper aux branches mais surtout de rentrer immédiatement dans leur univers ! Les musiciens de Red Dawn assurent méchamment et Nours, le growleur/grogneur, s’accapare une bonne partie des regards tant le bougre s’impose comme maître de cérémonie … Je viens de me manger mon premier parpaing et je ne l’attendais pas aussi rapidement ! Je ne peux que vous conseiller de vous ruer sur "Algorithm Of Destruction" fraichement distribué par Finisterian Dead End tant il est fameux. Je suis reparti avec sous le bras et je me délecte depuis avec ce mets digne des plus grands restaurants, ni plus ni moins !!

Setlist : Cracked Clock / Hate / Strange Dream / Looking through TEOG / AlterEgo  /Algorithm / Infinity

War Inside

A peine le temps de se remettre que c’est déjà l’heure pour War Inside d’investir la scène où ils remportent la palme de l’affluence de la soirée. Tous les metalleux présents sont venus pour supporter le groupe du chanteur de Regarde les hommes tomber. Il faut dire aussi que c’est la sixième fois qu’ils se produisent au Ferrailleur et que c’est un peu leur deuxième maison.  Notons le retour récent à la basse d’Arthur (également producteur de toutes les sorties audio) qui remplace Matthieu, en partance pour les îles, après 5 années passées au sein du groupe. Piochant tour à tour dans les 2 albums du combo, "Welcoming The Crow" et "S.U.T.U.R.E", mais aussi dans la démo de 2011 avec l’excellent "Animus Discidium", leur blackened-death nous prend à la gorge pendant toute la durée du concert pour ne plus nous lâcher jusqu’à étouffer. Je suis un fan acharné de Regarde les hommes tomber mais n’avais encore jamais assisté à un set de War Inside. Je retrouve les hurlements de Thomas Terreur que j’aime tant. Moins ténébreux mais plus colériques, ses cris sont terrifiants et, à mes yeux (enfin surtout pour mes cages à miel), le vocaliste s’impose comme l’un des meilleurs hurleurs français POINT. Ici pas de tricherie sur la marchandise ! C’est la guerre interne sur scène et le groupe ne nous laisse pas beaucoup de répit. Tout juste aurons-nous droit à quelques moments d’accalmie lors d’un "L.S.L" pachydermique. Thomas et Arthur sont heureux de repartager la scène ensemble et ça se voit, les deux complices communiquant énormément pendant leur set avec moult sourires. Ce fut le concert que j’ai le plus apprécié ce soir et visiblement n'ait pas été le seul … Vlan ! Deuxième parpaing (que j’ai vu venir celui-là mais que j’ai décidé de ne pas éviter) ! Et il reste encore deux groupes ?!  

Setlist : Demiurge / Through Dead / The Stink / Body Bones / L.S.L. / Name Us / Maggots / Connivance / Animus

Pitbulls In The Nursery

L’avant-dernier groupe est la raison de ma venue. J’ai découvert Pitbulls In The Nursery pendant l’édition 2015 du Mfest en Touraine. A la fin du set, j’ai tout raflé au stand du merch. Un vrai coup de cœur. Qui plus est, le nom du groupe est inversement proportionnel quant à leur gentillesse … J’ai eu « la chance », sans le savoir, d’assister au dernier concert du chanteur Tersim Backle au festival Du Metal à la campagne dans le nord de la France en septembre. Depuis les Pitbulls ont recruté Cédric, chanteur des parisiens de Supertanker, l’ont emmené au Bus Palladium pour son bizutage puis à Chamonix respirer l’air pur. C’est donc son troisième show avec l’équipe de Rambouillet. Pas facile de passer après Tersim … C’est que le bonhomme a laissé une sacrée empreinte sur "Equanimity, le deuxième album sorti l’année dernière, et je me demande, un peu inquiet, comment va s’en tirer Cédric. Bah ma foi, il s’en sort avec les honneurs … La setlist, autant axée sur le premier album que sur le second (4 titres de chaque) lui aura permis d’apprivoiser une partie du répertoire de PITN en apposant sa voix de façon plus gutturale. Toute comparaison est inutile avec son prédécesseur car les deux chanteurs ont leur style bien spécifique … Là où le groupe perd au change c’est bien en communication avec le public. Le strict minimum syndical. Mais après tout, nous sommes là pour la musique non ? Les Franciliens sont techniquement irréprochables et le son plus que correct permet de les apprécier à leur juste valeur. Jerry, derrière son kit de batterie, m’exaspère toujours autant de le voir frapper ses peaux de manière aussi précise qu’un chirurgien tout en étant d’un calme olympien. Il forme avec Francesco un tandem drums/bass incroyablement percutant. Est-ce les cassures rythmiques surprenantes, nombreuses sur les titres du premier méfait qui ont fait déserter une partie de la fosse ? Dommage mais ils reçoivent malgré tout un bon accueil entre les morceaux. Un excellent concert, une fois de plus, de la part de ce groupe injustement méconnu du grand public. J’espère pour eux que le vent va enfin tourner dans la bonne direction et qu’ils récolteront le fruit après tant d’années d’effort …

Setlist : The Oath / Rule the Plight / Impact / Monkey's M. / Insiders / Calibrated / Lunatic Factory / Crawling

Svart Crown

N'y allons pas par quatre chemins, la tête d’affiche de la soirée Svart Crown a tout laminé sur son passage. Le mot d’ordre de cette fin de soirée était de ne laisser aucun survivant. Mission réussie. Le panzer des Niçois, lancé à vive allure, est passé et a repassé sur nos corps déjà bien abîmés par les attaques successives des 3 groupes précédents. Passé l’intro, le groupe démarre par le dernier titre de "Profane", "Revelation", histoire de planter le décor. Nous avons ensuite droit à la primeur d’un morceau issu du prochain album à paraitre en mars 2017 sur THE label Century Media. On est en terrain connu et je retrouve un peu toutes les facettes de l’entité du monstre qu’est Svart Crown. Cela ne présage que du bon … Les musiciens sont comme des lions en cage et arpentent la scène de long en large. Ludo et J.B ne cessent d'haranguer le public et l’on est happé par la violence sonore inouïe dégagée pas le groupe (le final d’"An Eternal Descent" est difficilement égalable en matière d’agression auditive). Le mercenaire Kevin Paradis, que l’on ne présente plus, y est pour beaucoup. Ce n’est pas pour rien qu’il vient d’être consacré batteur le plus rapide du monde à la double (1037 coups en une minute puis 4797 en cinq minutes). Mais le chanteur/guitariste et fondateur est tout sauf en reste tant il hurle sa colère à travers ses paroles ! Quelques mélodies aux ambiances malsaines et poisseuses nous permettent de sortir la tête de ce bourbier comme pendant le début d’"Until The Last Breath", qui porte décidement bien son nom, mais le reste du temps ils prennent un plaisir sadique à nous trucider avec des riffs plus sanguinaires qu’une horde de vikings en croisade sur la Seine.  Après un peu plus d’une heure de bataille, le char d’assaut cesse de tirer ses obus taille XXXL. J’en aurais bien repris une salve avec "Into A Demential Sea" ! Cette fois-ci on ne parle plus de parpaing mais de palette entière … Je suis certain qu’avec leur prochain album et un nouveau label ils vont prendre de l’essor et par la même faire rayonner le Metal français tout autour du globe.  Tel Attila, sur le passage de Svart Crown, l’herbe ne repousse pas …

Setlist: Intro Omen / Revelation : Down Here Stillborn / Orgasmic Spiritual Ecxtasy (exclu du prochain album) / In Utero / where The Light Ends / Colosseum / The therapy Of Flesh / Onward To The Slaughter / Apocalyptic Triumph / Until The Last Breath / An Eternal Descent // Genesis Architect

J’ai pu assister en 1993 au Full Of Hate Festival avec Death / Carcass / Cannibal Corpse / Tiamat / Samael et Gorefest, soit le meilleur du Death-Metal International. A l’époque, la France était la risée en matière de Metal. 23 ans plus tard, la première journée du Nantes Metal Fest #5 nous a proposé un banquet tout aussi alléchant mais entièrement français. Un énorme merci au Ferrailleur et à l’orga de nous avoir servi un tel plateau !!!

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now