Live report du 15/10/2017

Par Manon

Lieu : Gibus live (Paris)

Groupes: 

- NervoChaos

www.facebook.com/NervoChaos

- Hate

www.facebook.com/pg/HATEOFFICIAL/

- Enthroned

www.facebook.com/Frater.Silurian

- Belphegor

www.facebook.com/belphegor

Je décide de ponctuer mon week-end dans la capitale par une affiche que je ne pouvais manquer sous aucun prétexte. Ce soir, NervoChaos, Hate, Enthroned & Belphegor nous offrent un show unique sur la scène du Gibus dans le cadre de la tournée européenne de Belphegor à l’occasion de la sortie de leur dernier album "Totenritual". Précisons quand même que Destroyer 666 et Nordjevel pour lesquels je venais tout particulièrement (ne les ayant jamais vus avant) ont été déprogrammés une semaine avant, suite à l’annulation de leurs tournées européenne respectives. Pas de chance pour le Gibus qui devait attendre avec impatience l’arrivée de cette soirée…

Damnez-moi lorsque je vous dirai que j’ai une fois de plus pris le concert en cours de route. Promis, la prochaine fois je tâcherai d’arriver à l’heure.

C’est donc en plein milieu du concert de NervoChaos que nous arrivons. Nous découvrons alors une petite salle en sous-sol, charmante et chaleureuse et parfaitement propice à accueillir des concerts dans une ambiance assez intimiste. La proximité du public avec les groupes de par la capacité d’accueil réduite de la salle, créé d’emblée une certaine communion entre les deux entités présentes.

Le public semble déjà captivé par la performance scénique de Nervochaos lorsque nous commençons à rentrer en immersion dans le concert.

Le groupe, enchanté d’être invité ce soir, nous a offert une prestation de qualité et l’a exécutée avec authenticité et générosité. Coup de maître qui mérite d’être souligné puisque c’est à eux que revient la dure tâche d’ouvrir les hostilités de cette soirée, et comme tout le monde le sait, ce n’est jamais chose facile.

Nous enchaînons cette soirée de concerts avec la venue de Hate en remplacement de Destroyer 666 et de Nordjevel. Inutile de préciser que j’attends le groupe au tournant afin de compenser ma déception inhérente à l’annulation des deux groupes précédemment cités.

Scéniquement, rien de novateur. Je vois arriver face à moi un groupe de black/death avec le maquillage traditionnel et les tenues qui vont avec. Pas de prise de risque à première vue, mais une association qui fonctionne toujours bien. Toute mon attention se porte donc sur la musique, là où mes attentes sont immanquablement les plus grandes. Finalement, seules les premières minutes nous aurons suffi pour nous convaincre puisque nous nous laissons transporter par un concert percutant, jalonné de mises en place et de riffs efficaces.

Selon moi, la clé d’un bon concert, c’est avant tout un groupe qui sait tenir son spectateur en haleine du début jusqu’à la fin de sa performance sans jamais laisser retomber la pression. Pari allègrement réussi pour Hate qui a réussi à satisfaire les oreilles de son public. Ce fût pour moi LA bonne surprise de la soirée, dans la mesure où je ne connaissais absolument pas le groupe. Une belle découverte qui a su très largement me convaincre et que je prendrai plaisir à revoir ultérieurement.

C'est maintenant au tour d'Enthroned de prendre place de part et d'autre de la scène. Il s'agit là d'un groupe que je ne connais hélas que de nom. C'est donc sans a priori que je me hâte devant la scène afin d'assister à la prestation du groupe. Somme toute, le concert était mené avec une setlist plutôt bien articulée. Tout ce que j'ai entendu fonctionne correctement mais j'ai eu cette sensation de vu et de revu. Ceci n'est bien sûr que mon avis, et mon avis n'est pas celui des autres (j'insiste bien là-dessus encore une fois) ; Enthroned est un bon groupe qui nous fait quelque chose de complètement cohérent musicalement et qui exécute bien sa performance scénique, mais je ne trouve rien de nouveau, ou du moins, rien de suffisamment original pour que ça me marque l'esprit.

Pourquoi pas les revoir par la suite, mais j'espère que le groupe apportera un peu de fantaisie à son show tout en conservant leur identité musicale.

C'est désormais avec les très attendus autrichiens de Belphegor que nous clôturons cette soirée… Inutile de vous préciser mon engouement et mon impatience à l'idée de revoir ce groupe déjà vu deux fois auparavant en festival. Le public s’attendait probablement à voir le groupe enchaîner les titres de son dernier album alors qu’ils sont en pleine promo… C’est finalement en nous présentant une setlist nouvelle et une mise en scène revisitée que le groupe revient dans la capitale ce soir. C’est en compilant ses meilleurs titres (tous albums confondus) que Belphegor exécute sa prestation. Une fois de plus, rien n’est laissé au hasard ; le groupe soigne sa performance sans rien lésiner et le public se délecte. L’énergie communicative du groupe se fait immédiatement ressentir sur le public qui se déchaîne tout au long du concert. Fort à parier que le groupe semble autant à l’aise face à un grand rassemblement de foule tel qu’en festivals, que dans de petites salles à l’image du Gibus, où le public rentre véritablement en osmose avec la musique.  Après une standing ovation et le rappel du public qui va avec, le groupe revient une ultime fois nous satisfaire les oreilles en nous interprétant un dernier titre avant de nous quitter.

Belphegor fait partie sans nul doute, de ses groupes qui savent rester humbles malgré une notoriété qui n’est plus à prouver. Cela fait toujours plaisir de voir des musiciens qui prennent le temps de saluer ses fans à l’issue du concert.

En quelques mots, rien à redire sur la performance de Belphegor sur scène puisqu’ils ne prennent pas vraiment de risques. Mais justement, il ne serait pas inintéressant que le groupe nous propose à l’avenir un show qui fonctionnera tout aussi bien mais avec une touche d’originalité et de fantaisie en plus. En effet, la clé du succès c’est aussi de savoir se réinventer surtout lorsque le public est déjà acquis depuis bien des années.

 

 

En définitive, bien que convaincue par la performance live de Belphegor, j’ai également été agréablement surprise par la qualité des trois premiers groupes qui ont su tirer leur épingle du jeu et ne restant pas dans l’ombre de notre tête d’affiche. Bravo à eux, et bravo également au Gibus qui a réussi à sauver les meubles en dernière minute, en nous proposant une programmation d’excellence.

Il est maintenant temps pour moi de reprendre la route alors qu’une nouvelle semaine de dur labeur commencera pour moi dans quelques heures. A mon avis, le réveil sera rock’n’roll, tout comme la journée qui s’en suivra, mais ça ne restera pas cher payé au vu de la soirée que je viens de passer.

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now