Vanessa

22/08/2018

Tracklist :

1. Plying the Oars (intro)

2. Sailing toward the unknown

3. Skywrath

4. Till the moon drowns

5. Sea of Thalardh

6. The dweller of the deep

7. Through primeval waters

8. Unveiling a new earth

Nydvind est un groupe de pagan metal parisien, fondé en 2000, dont le 3ème album, "Tetramental I – Seas of oblivion", est sorti le 18 janvier 2018 chez Malpermesita Records. Ce nouvel opus est le premier volet d’une tétralogie sur les éléments, en commençant ici par l’eau.

Nous découvrons ici le début de ce travail colossal, une expérience immersive d’un peu plus d’une heure, à voguer dans un univers pagan loin des approches festives souvent données à ce genre.

 

Souquez ferme ! On entre dans le vif de l’album avec cette intro, le voyage en mer débute par l’effort des rameurs vocalement encouragés, quelques notes légères de guitare et une batterie qui soutient le rythme, avant le premier morceau, "Sailing toward the unknown", un pagan lourd et sombre comme Nydvind sait nous le livrer. J’ai déjà assisté à un de leur live (que vous pouvez retrouver dans la section des reports) qui m’avait bien plu et je retrouve ici cette intensité mise dans les compos. Le chant est caverneux, doublé de chœurs clairs, ambiance épique. La batterie en mid-tempo donne le ton à la guitare, qui s’échappe le temps d’un solo en duo avec la basse, break planant qui s’intensifie au retour de la batterie. Pour le dernier tiers, on a l’impression que les éléments se déchaînent, nous prenant dans une tempête de blasts.

 

Après le bien vivifiant "Skywrath", froid et puissant, "Till the moon drowns" nous ramène aux sources de l’album avec une dimension à nouveau plus épique, le retour au périple maritime. Le rythme lourd et lent nous laisse contempler la lune se reflétant sur l’océan avant d’être à nouveau emportés par les vagues d’une mer déchaînée.

 

"Sea of Thalardh" s’ouvre sur les bruits de l’océan (j’adore ce son apaisant…) et un chant nous faisant penser aux peuples nordiques, clair, épique, hypnotique. On se laisse bercer par la rythmique de ce titre. Les mouettes viennent même nous accompagner un court instant, on vit vraiment ce long périple maritime. Fermez les yeux, on pourrait même s’imaginer les embruns et le vent…

Puis vient "The dweller of the deep" qui débute en force, un peu dans la veine de "Skywrath", qui nous remue les cervicales. On a même ici un petit passage phrasé en français.

 

"Through primeval waters" allie les deux ambiances de cet album, alternant passages calmes et pagan énergique. On est entraîné dans le tourbillon de cette compo captivante et qui résume tout l’univers de Nydvid avant d’en arriver à la conclusion avec "Unveiling a new earth". Chant calme, guitare acoustique, mélancolique presque, avant de balancer une ultime claque. Pendant 13 min, ce morceau vous prend aux tripes, le groupe a mis une dernière fois (pour cet opus) toute son intensité dans un titre complet, entier à leur image.

 

"Tetramental I – Seas of oblivion" m’a remué du début à la fin avec sa prod impeccable et ses compos vibrantes d’énergie et de profondeur. A chaque album Nydvind arrive à placer la barre un peu plus haut et avec ce challenge de saga elle est même mise très haut. Ça ne leur fait pas peur et avec ce premier volet le pari est réussi, on ne peut qu’attendre la suite avec impatience !

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now