Par Vanessa

1/ Salut Pascal, comment vas-tu ? Alors pour le clin d’œil, on va commencer ta présentation : tu est né où et quand ? Comment es-tu tombé dans l’univers rock ?

Tu veux tous les détails ? Bon, et bien, 31 juillet 1977 au Chambon-Feugerolles, à 3km de Saint-Etienne. Une ville ouvrière avec pas un seul ciné et encore moins un bar rock. Donc comme tu le vois, c'est pas par là-bas qu'on va se lâcher... Du coup, vive la radio, et comme beaucoup de ma génération, on fait des compiles enregistrées en essayant de couper juste avant que l'animateur ne parle... Et puis au fur et à mesure, on écoute ce qui passe, jusqu'à la Britpop qui nous ouvre quelques premières portes... et puis la médiathèque, et là tu plonges... tu découvres une tonne de styles, tu vas de Tricky à Metallica en passant par Depeche Mode, Paul Weller ou Nirvana. Puis enfin, les bars, les concerts. Le ver était dans le fruit...

 

2/ Quels sont les groupes qui t’ont le plus marqué ? Et au niveau des concerts ?

Dur à dire comme ça... peut-être, allez, sans doute comme beaucoup de monde à notre époque, la déflagration de Nirvana fut quelque chose... j'avais 14 piges et bon, déjà tu vois la pochette, c'est plutôt... comment dire... entre inattendu, gonflé, social... bref, ça interpelle. Et la musique... qu'est-ce que tu veux rajouter de plus ? "Smells like teen spirit" te donnait envie de bondir dans tous les sens... les autres, plus tard, quand tu comprends le sens, tu vois la dimension de l'homme, du groupe derrière... Mais il y a tellement d 'albums... je pourrais te citer aussi "This is Hardcore" de Pulp... Au niveau des concerts, ça allait de Muse à Green Day période "American Idiot", plutôt grand public donc, aux petits concerts à Sainté dans des salles improbables avec des groupes comme Dead Pop Club, Eiffel, et là, la liste est encore plus longue....

 

3/ Comment t’es venue l’envie d’écrire ?

Pour résumer on va dire que j'ai eu une adolescence comme des milliers d'autres : un peu pas mal pourrie sur les bords... mal dans ma peau, timide comme pas deux... Vu que je n'étais pas spécialement doué pour le chant ou un instrument... ce dernier fut le stylo... Tu prends la plume et tu te lances, pour moi, d'abord sur des poèmes, car plus courts, plus faciles à travailler... puis tu accumules les poèmes... et à la fin tu te décides à faire un premier recueil, puis un second... là encore, le ver est dans le fruit...

 

4/ En août 2017 est sorti "Paris Rock underground". Pourquoi ce choix de s’axer sur la scène parisienne ? Comment es-tu entré en contact avec chacun ?

J'avais déjà écrit sur la France, et d'ailleurs je continuerai. Mais j'avais envie de me focaliser sur Paris car c'est quand même un énorme moteur du rock en France. On avait habitude de dire que tout se passe là-bas. Même si aujourd'hui il y a beaucoup de labels de qualité en province, il n'en demeure pas moins que Paris reste la plaque tournante française. Et son histoire... Son histoire rock est si riche... des années 70 glam/chic ou punk, les 80's alternos... quand tu aimes l'histoire et le rock, tu ne peux que t'y intéresser...

 

5/ Peux-tu nous parler de ton livre ?

Et bien justement, on parcourt pas mal de décennies... des 70's au Golf Drouot avec Metal Urbain aux années 2000 avec le Fall of Summer en passant par les Washington Dead Cat des 80's à aujourd'hui... Il y a aussi les squats avec la Miroiterie mais également des groupes beaucoup plus récents, des années 2010... comme Twisted Oaks, un groupe de métal qui a une vision du "Paris rock" actuel, à mon goût, très juste. C'est important d'avoir le regard de tous ces groupes de décennies différentes, car évidemment, la société changeant, le regard change aussi.

 

6/ Quel est ton processus d’écriture ? Écoutes-tu en même temps les groupes concernés ou as-tu besoin de silence ?

Oui et non, j'écoute de tout...mais effectivement j'écris en musique : cela m'inspire, m'entraîne, et, in fine, permet de me concentrer...

 

7/ As-tu déjà une idée pour le prochain ?

C'est même plus qu'une idée : c'est, quelque part, la suite de "Paris Rock Underground" puisque "Sainté Rock". Saint-Etienne, où je vis. L 'histoire rock de Saint-Etienne est beaucoup plus riche qu'il n'y parait : ce fut un délice de s'y plonger. Après, j'écrirai le second volume de "La France est rock".

 

8/ Merci à toi de m’avoir accordé cette interview. Je vais te laisser conclure et te souhaite une bonne continuation…

C'est moi qui te remercie d'avoir pris du temps, le savoir, la culture a toujours été une chose importante... mais il me semble que cela ne l'a jamais été plus encore qu'aujourd'hui. Merci pour ça aussi.

https://www.facebook.com/Pascal-Pacaly-451259518602271/

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now