Vanessa

17/06/2018

Trois ans après la sortie de "Fucked up the world", Stormy, one man band parisien devenu groupe, nous revient avec "Long tight road", 9 titres de metalcore/nu metal.

 

Déjà on peut dire que Stormy a bien mûri et nous offre des compos d’une très bonne technicité. N’étant pas de base une fan de ce style musical, je n’avais pas trop accroché à leur premier opus. Mais là, ils ont accompli le miracle… Ils sont forts, très forts !

Le fondateur/chanteur met ici toute sa "folie" personnelle dans les compos, qui sont moins nu metal cette fois, alliant aussi des soli très envolés heavy qui sont nombreux. C’est une des raisons qui m’ont accroché, c’est vraiment très souvent assez groovy.

 

Le metalcore on y reste quand même bien évidemment, comme le montre déjà le premier titre, "Mechanic brain", très catchy, ou encore "My intention" qui débite à 100 à l’heure.

 

Mon morceau préféré est "Russian circus", totalement déjanté dans son ambiance, avec un chant assez souvent saccadé. En fermant les yeux ont s’imagine entrer dans un Freak Show version russe ! En plein décalage avec le reste des titres pour pas mal de points, il marque justement par ce point, terminant sur un fond sonore inspiré du kazatchok.

 

"Sick and tired" se divise en deux parties : la première d’un peu plus d’une minute, instrumentale, qui pourrait faire office même d’intro, un peu de chant n’apparaissant qu’à la toute fin ; et puis la seconde, à l’ambiance lourde qui tranche avec une grande majorité de l’album. Contrairement à "Russian circus" qui malgré sa différence s’insère assez bien au final, celui-ci on ne comprend pas trop sa présence. Il n’est pas mauvais mais assez linéaire et un peu fade.

 

L’album se termine sur le titre éponyme, d’environ 13 min… Doom ? Non même pas malgré la longueur il n’a pas viré de bord pour finir dans la continuité de "Sick and tired". Le morceau est assez inspiré, techniquement varié, un peu torturé. Attention ne coupez pas car le break vers le milieu est une fausse fin… montez le son vous aurez quelques ajouts sonores et un bout de compo… une fin assez originale !

 

Un album assez bon dans son ensemble, des compos qui sont abouties. Relativement sceptique quand on me présente des demande de chroniques de metalcore/nu metal (mais écoutant tout de même, on peut avoir des surprises, la preuve), j’ai été bluffée par leur capacité à allier leurs influences avec un chant et des parties instrumentales qui ne tombent pas pour autant dans les clichés.

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now