The Negation, The sixth extinction, chronique, La Légion Underground webzine

Vanessa

03/08/2019

Tracklist :

1.  France éternelle

2. When the time of mass suicide will come

3. The sixth extinction

4. Shadows of the past

En juin 2018, le groupe de black metal parisien The Negation a sorti son 3ème opus, un EP 4 titres, "The sixth extinction". Les changements de line-up n’ont pas entaché la ligne conductrice du groupe qui nous revient, 3 ans après "Memento mori", avec un album tout aussi sombre et technique, même si de très légères variations se laissent deviner. Avec un titre pareil, tiré du livre d’Elisabeth Kolbert traitant de l’extinction de la planète par l’homme, le ton est donné.

 

On débute par un "France éternelle" chanté en français, tout en mid-tempo avec quelques pointes d’accélération, cet EP commence très bien avec ce titre qui nous captive très vite, inspiré par "La Liberté guidant le peuple" de Delacroix. Ce morceau fait un tour historique et patrimonial de notre pays (châteaux de la Loire, Jeanne d’Arc, la Révolution). Un titre très complet et très intéressant, on peut s’y attarder à loisir pour en découvrir toutes les subtilités.

Pour les trois suivants, on abandonne la langue de Molière pour celle de Shakespeare, tout d’abord avec "When the time of mass suicide will come" par lequel on rentre dans le thème de cet EP, l’autodestruction de l’humanité via la destruction de la planète. Ça blaste un peu plus cette fois tout en gardant ce timbre de voix plus black que la musique, mélange intéressant que tous ces tempos dans la même compo, se poursuivant avec le titre éponyme, "The sixth extinction", mais avec en plus un chant qui par touches se fait plus clair. The Negation s’ouvre ici sur un nouveau registre qui leur va très bien, changeant du stéréotype du groupe de BM.

Le dernier titre, "Shadows of the past" se fait plus mélancolique, nous éloignant au plus de tout ce que nous avons écouté précédemment du groupe, parfois heavy dans son chant, associé à une rythmique épurée, nous donnant un sentiment d’assister à la fin du monde ou de ce qu’il en resterait, renforcé par les orgues et le break.

 

The Negation opère ici un grand changement et cette innovation musicale est plus que réussie, on en ressort totalement bluffé ! Le chant d’Arnhwald (Deathcode Society) apporte une touche originale et rafraîchissante au black metal auquel on a été habitué. Cassant totalement le code avec cet EP auto-produit, The Negation nous offre ici un indispensable à avoir et à écouter à volonté. A voir ce que le groupe nous réserve maintenant, qui depuis début 2019 a rejoint le roster Blast’Art…

© 2015 by Vanessa of La Légion Underground. Proudly created with Wix.com

Toute reproduction du contenu de ce site (publications, logo) est interdite.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now